GUIDES et INFORMATIONS TECHNIQUES


Guide d'installation pour votre système d'irrigation


Guide d'installation pour votre système d'irrigation


Guide d'installation pour votre système d'irrigation


Guide pour concevoir un petit micro irrigation relié à un robinet extérieur

Vous trouverez également ci-dessous des fichiers PDF facilitant l'installation de votre système d'irrigation ou d'arrosage automatique.  Pour visualiser les PDF, vous devez avoir la version gratuite 7.0 ou plus récente d'Adobe Reader.

Get Adobe Reader

Plomberie Intérieure

Installation d'un Collecteur

Installation - Kit de Zone pour distance de 15' et moins

Installation - Kit de Zone pour distance de 15' et plus

Installation de Micro-Arrosage - Jets Mono-Bloc


 

CONSEILS ET RÈGLES ÉLÉMENTAIRES
Vous trouverez ci-dessous quelques règles élémentaires* pour bien réalisés votre installation d’arrosage automatique.

Trop souvent des erreurs sont commises lors de la conception et l'installation des systèmes d'irrigation. Ces disfonctionnements sont dus le plus souvent à d'importantes lacunes en matière de formation ou de connaissance.

Nous rappelons ci-dessous les règles de base à respecter ainsi que les problèmes les plus fréquemment rencontrés. L'arrosage étant une science exacte, rien ne sert d'inventer. Le respect des spécifications des fabricants et des règles d'installation suffisent dans tous les cas à éviter bien des désagréments. 
 

 

  • N'installez jamais différents types d'arroseurs sur une même zone d'irrigation:

Les arroseurs de type turbines, tuyères ou goutte à goutte présentent des débits et taux de précipitations totalement différents. Par conséquent, si vous installez un arroseur à faible débit dans une zone d'arroseurs à fort débit, vous obtiendrez un endroit sec dans le secteur irrigué par cette zone. Il faudra alors augmenter le temps d'arrosage de cette zone pour fournir une quantité d'eau adéquate à l'endroit sec. La quantité d'eau supplémentaire débitée par les tuyères sera alors gaspillée inutilement.
 

 

  • L'ensemble des zones d'irrigation constituées de tuyères et de turbines doivent toujours assurer un chevauchement d'un arroseur à l'autre :

La portée maximale indiquée par le fabricant pour une buse donnée à une pression donnée est la distance maximale devant séparer les arroseurs. Accroître la distance entre les arroseurs afin de réduire les coûts d'installation est une erreur fréquente et vous serez déçu du résultat lors des périodes chaudes.

 

  • Ne réduisez jamais la portée d'une tuyère ou d'une buse de turbine de plus de 25% de la portée déterminée et/ou spécifiée par le fabricant :

Lorsqu'un entrepreneur ou un responsable de la maintenance règle ou réduit de plus de 25% la portée maximale recommandée par le fabricant d'une tuyère ou d'une buse de turbine, le fabricant est en droit de ne plus garantir la pièce et l'utilisation de son produit. Un tel réglage, en violation des spécifications publiées par le fabricant, produit en outre un débit et une distribution irrégulières pouvant générer en une seule année un gaspillage d'eau considérable.

 

  • Dans les zones d'irrigation par tuyères, sélectionnez de préférence des buses à angle ajustables:

La buse à angle ajustable (0 à 360 degrés) gaspille moins d’eau que la buse à angle fixe(90 180 360 degrés). L’avantage de la buse ajustable est de s’adapter à toutes les surfaces incluant les irrégulières.
 

 

  • Réduisez ou éliminez tout arrosage superflu :

Évitez d’arroser les surfaces dures (trottoirs, patio, piscine…). Si possible installez les arroseurs le long des murs pour arroser en direction opposée, évitez de transformer la maison en lave-auto.
 

 

  • Évitez l'installation de tuyères ou de turbines sur des rehausses verticales en PVC à proximité des zones fréquentées :

Les quelques dollars (Euros) que vous économiserez en installant des tuyères ou turbines sur des rallonges en PVC à proximité des trottoirs, allées, piscines, aires de jeux, jardins et autres, ne compenseront pas votre responsabilité juridique et le montant des indemnités que vous auriez à verser dans l'éventualité où quelqu'un s'empalerait sur l'une de ces rehausses en tombant. Utilisez plutôt le modèle de 30 cm (12’’) pour les plantations.
 

 

  • Installez un détecteur de pluie sur votre système d'irrigation :

L'installation correcte d'un tel dispositif empêchera le système d'irrigation de fonctionner lors d’une chute de pluie. Selon les interlocuteurs, un dispositif d'arrêt en cas de pluie permet d'économiser entre 3 et 15% du coût de fonctionnement annuel d'un système d'irrigation. L'installation de tels dispositifs deviendra sans doute à terme une disposition obligatoire.  
 

 

  • Installez une vanne maîtresse sur votre système d’arrosage :

Cette vanne joue le rôle de sécurité en cas de fuite sur la conduite principale. Même en votre absence, elle fermera l’eau et préviendra les dégats d’eau en dehors des périodes d’arrosage.
 

 

  • Le programmateur devra être réglé pour différentes durées d'arrosage selon les divers types de zones d'irrigation : turbines- tuyères

Ce que nous venons de dire met en évidence la nécessité impérieuse de prévoir différentes durées d'arrosage. Par exemple, une zone d'irrigation constituée d'arroseurs de 5 mm/h devra évidemment fonctionner plus longuement qu'une zone d'irrigation composée d'arroseurs de 40 mm/h. Déterminer les durées de fonctionnement et d'arrosage courantes, qu'elle que soit la zone d'irrigation, n'a vraiment rien de mystérieux. Il suffit de retrouver le débit spécifique mentionné par le fabricant dans son propre catalogue ou de déterminer, si nécessaire, le débit moyen requis dans une zone donnée. Ce débit spécifique ou moyen sera alors divisé par la quantité hebdomadaire d'eau d'irrigation requise pour assurer une croissance harmonieuse des végétaux dans votre région.
 

 

  • Il ne faut jamais faire fonctionner un système d'irrigation au mauvais moment de la journée

Tout le monde aime faire fonctionner son système d'irrigation en plein jour afin de vérifier son bon fonctionnement. Cette attitude est irrationnelle et engendre des gaspillages. Examinons les trois problèmes ci-après, liés au fonctionnement diurne d'un système d'irrigation :

- Les surfaces d'arrosage des systèmes d'irrigation de surface (turbines, arroseurs, micro-arroseurs) sont modifiées et/ou déformés par le vent; or, quand le vent souffle t'il en général ? Le jour. Les coûts d'exploitation associés au fonctionnement diurne de la quasi totalité des systèmes d'irrigation engendrent un gaspillage d'eau et d'argent car la modification des superficies d'arrosage entraîne une projection d'eau sur les bâtiments, les trottoirs, les allées...

- Les taux d'évaporation les plus élevés s'observent le jour pour les végétaux et gazons. Lorsqu'un système d'irrigation fonctionne pendant la journée, l'eau distribuée n'a généralement pas le temps de s'infiltrer jusqu'à la zone racinaire (ni de glisser des feuilles jusqu'au sol) pour que les végétaux puissent l'utiliser avant qu'elle ne s'évapore.

- La plupart des systèmes d'irrigation qui fonctionne en tout début de soirée laissent les végétaux encore humides à la tombée de la nuit. De nombreux problèmes liés aux infections fongiques, à la maladie et au gel sont ainsi engendrés par l'humidité.

De toutes façons, la meilleure façon d'irriguer consiste à déterminer un créneau d'arrosage aux premières heures de l'aube. Ainsi, l'eau, qui ne sera pas déviée par le vent, pourra s'infiltrer dans le sol avant la période d'évaporation intense, et les coûts de maintenance liés à la maladie et aux infections fongiques seront réduits.
*D'après un article paru dans "lawn and landscape" - oct 1999 by David Wickam. et Irrigazette N°57
 

                          


 

 

© Sprinkler Dépôt, tous les droits réservés 2006-2017